Fréquent et grave le cancer colorectal touche 42 000 personnes supplémentaires par an en France, dont une sur deux seulement guérira. Pris à ses débuts grâce au dépistage il peut être guéri. L'espérance de vie est alors la même que celle de la population générale. Mieux, on peut l'éviter puisque la plupart des cancers du côlon et du rectum sont précédés par une tumeur, bénigne celle-là, le polype adénomateux. Ces polypes peuvent être retirés grâce à des examens endoscopiques réguliers prescrits à différent intervalles en fonction du risque estimé de chaque patient. Pour les personnes n'ayant ni antécédent personnel ou familiaux de polypes, de cancer colorectal ou de maladie prédisposante (polypose, Lynch, Crohn, RCH...), le dépistage se fait par recherche de sang occulte dans les selles grâce à de nouveaux tests, dit immunologiques, qui améliorent l'efficacité du dépistage dans la population générale. Si le test est positif alors seulement la coloscopie est recommandée.
Continuer la lecture  |  Réagissez