La douzième conférence internationale de consensus sur les traitements des cancers du sein - qui se réunit tous les deux ans à St Gallen, en Suisse - a pris nettement position pour l'utilisation du test génomique Oncotype DX dans certains cas sélectionnés. Cette signature moléculaire permet de mieux sélectionner les patientes candidates à une chimiothérapie. Les études cliniques réalisées ça et là montrent qu'il est possible de diminuer ainsi - sans risque - les indications de 20 à 30 %.
Continuer la lecture  |  Réagissez