Neurologie

   

La Migraine : sur-spécialité du Neurologue

La migraine est une pathologie chronique évoluant par crises récurrentes, espacées par des intervalles libres de crises. On parle de migraine épisodique ou de migraine chronique (1 à 6 %) en fonction de la fréquence des crises (Lipton, Manack Adams et al. 2016). La prévalence de la migraine est estimée entre 10 et 14 % en fonction des pays, et si l'on considère le diagnostic de migraine probable, ne réunissant pas tous les critères, la prévalence augmente jusqu'à 20 % (Disease, Injury et al. 2017).
Continuer la lecture  |  Réagissez

Les atteintes Neurologiques dans l'amylose héréditaire à transthyrétine (ATTRh) - un exemple de progrès médical

Les neuropathies amyloides familiales à transthyrétine sont dues à la présence de dépôts de substance amyloïde à l'intérieur du système nerveux périphérique (endonèvre) ; elles sont liées à une mutation du gène de la transthyrétine (TTR ; préalbumine). Elles font partie des maladies du repliement des protéines. Elles sont caractérisées sur le plan tissulaire par une coloration par le rouge Congo et un aspect en biréfringence jaune-vert en lumière polarisée.
Continuer la lecture  |  Réagissez

L'insomnie en 2019

Pour mieux connaître le sommeil des français nous réalisons depuis plus de 15 ans des enquêtes régulières dans des grands groupes et cohortes de la population française en reprenant les mêmes questions qui nous permettent de suivre comme avec un baromètre le sommeil des français. Les résultats que nous obtenons nous inquiètent. Car à coté des troubles du sommeil très fréquents : insomnie, apnées du sommeil, somnolence, nous observons que de plus en plus de français ne dorment pas suffisamment.
Continuer la lecture  |  Réagissez

Neuromyélite optique

La neuromyélite optique est une maladie inflammatoire rare du système nerveux central dont la connaissance s'est considérablement étendue au cours des dernières années. Longtemps considérée comme une forme particulièrement grave de Sclérose En Plaques (SEP), on sait aujourd'hui qu'elle possède des caractéristiques physiopathologiques, cliniques, radiologiques, et biologiques propres, ainsi qu'une prise en charge thérapeutique différente de la SEP.
Continuer la lecture  |  Réagissez

Présentation du dossier Neurologie N°97

Le temps où la neurologie était considérée comme une spécialité « contemplative » est bel et bien révolu. En un quart de siècle, d'importantes avancées ont été réalisées dans la compréhension des maladies du système nerveux, aboutissant pour certaines d'entre elles à des avancées thérapeutiques spectaculaires, permettant une amélioration de l'espérance et/ou de la qualité́ de vie des patients. C'est le cas, par exemple, des accidents vasculaires cérébraux, de la sclérose en plaques, de la maladie de Parkinson, de l'épilepsie ou de la migraine. Grâce aux progrès des neurosciences, on peut s'attendre à disposer, dans un proche avenir, de traitements de maladies neurologiques actuellement incurables, comme la maladie d'Alzheimer, la sclérose latérale amyotrophique ou le glioblastome, pour ne citer que les plus fréquentes et les plus graves.
Continuer la lecture  |  Réagissez

Encéphalites autoimmunes

Les encéphalites aigues sont définies par une inflammation du parenchyme cérébral se manifestant par la survenue de crises épileptiques, d'une confusion mentale et de troubles de la vigilance. Bien que les causes les plus fréquentes d'encéphalites soient infectieuses, notamment virales, l'étiologie reste indéterminée dans 40 à 60 % des cas. Les étiologies autoimmunes représenteraient 8% des causes d'encéphalite, mais les estimations actuelles sont probablement sous-estimées du fait de l'identification régulière de nouveaux autoanticorps.
Continuer la lecture  |  Réagissez

Maladie de Parkinson : quelles nouveautés en thérapeutique ?

La maladie de Parkinson est définie comme une mort progressive des neurones dopaminergiques de la subtantia nigra. La caractérisation pathologique repose sur la mise en évidence d'inclusions cytoplasmiques riches en alpha-synucléine, les corps de Lewy. La dénervation dopaminergique du striatum (cible de la projection dopaminergique) est corrélée à la triade clinique définissant le syndrome parkinsonien et associant akinésie, hypertonie et tremblement de repos.
Continuer la lecture  |  Réagissez

Présentation du dossier

La Neurologie est entrée de plein pied dans l'ère thérapeutique. Il s'agit de soulager, de prévenir et parfois de guérir en gardant à l'esprit que les neurones détruits ne repoussent pas ou peu. Aucune thématique de notre discipline n'échappe à cet effort thérapeutique.
Continuer la lecture  |  Réagissez

Prise en charge de la spasticité des patients atteints de SEP

La spasticité se définit comme une augmentation du tonus musculaire se traduisant par une raideur musculaire persistante et/ou des spasmes à type de contracture d'apparition soudaine incontrôlable. Elle peut survenir au repos, mais aussi lors des mouvements et s'exacerbe avec la répétition du mouvement. Chez les patients SEP, elle touche plus souvent les membres inférieurs et va s'exprimer de façon variable, peu gênante dans certains cas ou se révélant au contraire très invalidante dans d'autre ; son évolution est imprévisible et soumise à des variations dans le temps chez un même individu.
Continuer la lecture  |  Réagissez

Prise en charge des AVC : nouveautés et perspectives.

Au cours des 15 dernières années, la prise en charge des Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC) a été transformée par la montée en puissance des unités neurovasculaires, les progrès de l'imagerie cérébrale en urgence notamment l'Imagerie par Résonance Magnétique (IRM) et le développement de la thrombolyse intra-veineuse au cours des 4 à 5 premières heures pour les Accidents ischémiques Cérébraux (AIC).
Continuer la lecture  |  Réagissez