Comment le système de santé au Canada fonctionne-t-il ?

Après huit années d'exercice médical au Québec, voici quelques réflexions concernant le système de santé au Canada. Contrairement au système américain voisin, le Canada possède un système de santé public. Ses citoyens et résidents permanents sont couverts par l'assurance maladie canadienne avec prise en charge des consultations médicales et des hospitalisations.
Continuer la lecture  |  Réagissez

Focus sur la dysfonction érectile

La dysfonction érectile (DE) est un symptôme fréquent, notamment chez l'homme de plus de 40 ans ; il est un véritable symptôme sentinelle, permettant à tout médecin de déclencher un bilan spécifique, notamment en cas de facteurs de fragilité médicale et/ou psychologique. Elle est définie comme l'incapacité persistante ou répétée à obtenir et/ou à maintenir une érection suffisante pour permettre une activité sexuelle satisfaisante. Une durée minimale de ce trouble de six mois, et sa présence dans plus de 75 % des cas sont nécessaires selon la classification du DSM-5.
Continuer la lecture  |  Réagissez

HBP quel laser ?

Le traitement des troubles mictionnels liés à l'hypertrophie bénigne prostatique est en premier lieu médical. Le traitement chirurgical arrive en deuxième intention en cas d'échec d'un traitement médical bien conduit ou en cas de complications. Le courant électrique, mono ou bipolaire était le standard dans la prise en charge endoscopique jusqu'à un volume de prostate approximatif de 80 cm3. Au-delà, pour les très grosses prostates, la chirurgie de l'adénome était réalisée par voie ouverte abdominale, voire coelioscopique avec ou sans assistance robotique. L''avènement des lasers a révolutionné ces dernières années l'approche du traitement de l'adénome prostatique.
Continuer la lecture  |  Réagissez

La réforme du Troisième cycle en urologie à Paris, où en sommes-nous ?

La réforme du troisième cycle des études médicales a été initiée il y a quatre ans avec pour but premier l'amélioration de la formation des internes. Qu'en est-il en pratique ? Quelles sont les particularités de cette réforme pour les internes qui choisissent de débuter une formation en urologie en Ile-de-France ?
Continuer la lecture  |  Réagissez

Le traitement focal du cancer de la prostate où en sommes-nous ?

En cas de cancer prostatique localisé (CaP), différents traitements validés sont disponibles : prostatectomie radicale (PR), curiethérapie (BT), et radiothérapie externe (RTE). Les effets secondaires génito-urinaires et digestifs représentent un point-clé car uniquement une faible proportion de patients décèdera du CaP. Ces traitements offrent une forte probabilité de contrôle carcinologique mais avec un risque significatif d'effets secondaires selon le traitement (50 % d'impuissance, 5-10 % d'incontinence, 5-20 % de troubles digestifs). Ainsi, la surveillance active (AS) est devenue une option thérapeutique mais proposée essentiellement pour les CaP à faible risque.
Continuer la lecture  |  Réagissez

L'immunothérapie dans le traitement des tumeurs de la vessie : une opportunité à ne pas manquer

Les tumeurs de la vessie sont une pathologie dont la fréquence est à la fois élevée et croissante en raison de l'effet combiné du vieillissement de la population et de la persistance d'une prévalence importante du tabagisme en France. Les urologues sont actuellement en première ligne pour le diagnostic et le traitement de ces cancers dont 70 % des formes se traitent de manière conservatrice.
Continuer la lecture  |  Réagissez

Présentation du dossier UROLOGIE N°102

C'est un grand plaisir de coordonner un fascicule de la revue de l'Internat de Paris (RIP) consacré à l'urologie. Lors de ces dernières années il m'a semblé que différents domaines devaient être présentés et que l'on me pardonne les oublis éventuels ou une priorisation partiale de ces sujets parmi d'autres. Surtout je remercie vivement les collègues mis à contribution.
Continuer la lecture  |  Réagissez

Salle hybride et Urologie

La dénomination de salle hybride vient de l'industrie. La définition qu'on retrouve le plus souvent est : une salle hybride associe un bloc opératoire à un système d'imagerie perfectionné pour pratiquer des interventions de haute qualité alliant la chirurgie et la radiologie interventionnelle. Il s'agit d'un « concept fonctionnel ».
Continuer la lecture  |  Réagissez