Tous les articles de Julien Lazarovici

Actualité du lymphome de Hodgkin

Décrit pour la première fois en 1832, le lymphome de Hodgkin (LH) reste une entité bien distincte parmi les hémopathies lymphoïdes matures, caractérisée sur le plan histologique par la présence, au sein d'un infiltrat inflammatoire polymorphe, d'un petit nombre de cellules tumorales, les cellules de Reed-Sternberg ou cellules de Hodgkin. Sa cause reste inconnue. Il touche tous les âges, mais essentiellement les adultes jeunes, avec deux pics de fréquence en Europe, l'un autour de 30 ans et l'autre après 50 ans. Le taux d'incidence standardisée est de 2,2 pour 100 000 personnes-années, ce qui correspond en France à environ 1800 nouveaux cas par an. Le LH représente 0,20% de la mortalité par cancer en France (Source : Francim / Hospices civils de Lyon / INCa / Inserm / InVs 2011. Traitement : INCa 2011). La stratégie de traitement fondée sur les facteurs pronostiques initiaux, les essais thérapeutiques, source de progrès pour définir les nouveaux traitements de référence, ont permis d'atteindre un taux de guérison tous stades confondus de 80 %. Maintenir les taux de guérison en réduisant les conséquences du traitement, améliorer le pronostic des formes graves, évaluer de futurs traitements standards intégrant l'imagerie et les nouvelles modalités de radiothérapie, sont les enjeux d'une prise en charge pluridisciplinaire réalisée par ou en liaison avec un centre spécialisé.
Continuer la lecture  |  Réagissez

Lymphomes indolents : lymphomes de la zone marginale et lymphomes folliculaires

Les caractéristiques communes des lymphomes indolents sont une présentation clinique initiale peu agressive, mais un risque élevé de rechutes. La présentation clinique et le pronostic des nombreuses entités de LNH indolents sont très variés, impliquant des stratégies thérapeutiques différentes.
Continuer la lecture  |  Réagissez

Lymphomes non Hodgkiniens agressifs

Parmi la quinzaine d'entités de LNH agressifs de l'adulte, seules les formes les plus fréquentes sont présentées. Les formes rares (lymphome T associé à une entéropathie, lymphomes T hépato-spléniques, lymphomes NK/T intestinaux, lymphome T sous-cutané de type panniculite), et les lymphomes associés à une infection par le VIH ou HTLV ne sont pas développés.NeggN
Continuer la lecture  |  Réagissez