Encéphalites autoimmunes

Les encéphalites aigues sont définies par une inflammation du parenchyme cérébral se manifestant par la survenue de crises épileptiques, d'une confusion mentale et de troubles de la vigilance. Bien que les causes les plus fréquentes d'encéphalites soient infectieuses, notamment virales, l'étiologie reste indéterminée dans 40 à 60 % des cas. Les étiologies autoimmunes représenteraient 8% des causes d'encéphalite, mais les estimations actuelles sont probablement sous-estimées du fait de l'identification régulière de nouveaux autoanticorps.
Continuer la lecture  |  Réagissez

Maladie de Parkinson : quelles nouveautés en thérapeutique ?

La maladie de Parkinson est définie comme une mort progressive des neurones dopaminergiques de la subtantia nigra. La caractérisation pathologique repose sur la mise en évidence d'inclusions cytoplasmiques riches en alpha-synucléine, les corps de Lewy. La dénervation dopaminergique du striatum (cible de la projection dopaminergique) est corrélée à la triade clinique définissant le syndrome parkinsonien et associant akinésie, hypertonie et tremblement de repos.
Continuer la lecture  |  Réagissez

Présentation du dossier

La Neurologie est entrée de plein pied dans l'ère thérapeutique. Il s'agit de soulager, de prévenir et parfois de guérir en gardant à l'esprit que les neurones détruits ne repoussent pas ou peu. Aucune thématique de notre discipline n'échappe à cet effort thérapeutique.
Continuer la lecture  |  Réagissez

Prise en charge de la spasticité des patients atteints de SEP

La spasticité se définit comme une augmentation du tonus musculaire se traduisant par une raideur musculaire persistante et/ou des spasmes à type de contracture d'apparition soudaine incontrôlable. Elle peut survenir au repos, mais aussi lors des mouvements et s'exacerbe avec la répétition du mouvement. Chez les patients SEP, elle touche plus souvent les membres inférieurs et va s'exprimer de façon variable, peu gênante dans certains cas ou se révélant au contraire très invalidante dans d'autre ; son évolution est imprévisible et soumise à des variations dans le temps chez un même individu.
Continuer la lecture  |  Réagissez

Prise en charge des AVC : nouveautés et perspectives.

Au cours des 15 dernières années, la prise en charge des Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC) a été transformée par la montée en puissance des unités neurovasculaires, les progrès de l'imagerie cérébrale en urgence notamment l'Imagerie par Résonance Magnétique (IRM) et le développement de la thrombolyse intra-veineuse au cours des 4 à 5 premières heures pour les Accidents ischémiques Cérébraux (AIC).
Continuer la lecture  |  Réagissez

Complications neurologiques induites par les traitements anti-cancéreux

Les cancers sont devenus la première cause de mortalité dans les pays industrialisés et devancent maintenant les maladies cardio-vasculaires. Environ 350000 personnes sont affectées par un cancer chaque année en France avec une mortalité qui avoisine les 150000 par an (1). Cette différence entre incidence et mortalité témoigne d'une meilleure efficacité des traitements actuels (chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie et thérapies ciblées) avec une proportion en constante augmentation des survivants à long terme. Ainsi, le risque de mortalité par cancer a diminué de 25 % au cours de 30 dernières années. Le revers de la médaille est une augmentation importante du nombre de patients affectés par des complications des traitements, notamment des complications neurologiques qui viennent en seconde position après les complications hématologiques et qui ont la caractéristique de pouvoir survenir parfois très tardivement (de nombreuses années) après le traitement et de manière souvent irréversible. Les complications neurologiques des traitements anti-cancéreux sont responsables de séquelles altérant la qualité de vie pendant le traitement du cancer et après le cancer. Il devient indispensable de proposer aux patients une prise en charge spécifique et personnalisée.
Continuer la lecture  |  Réagissez

La maladie d'Alzheimer : nouveautés et perspectives

La maladie décrite par Alzheimer en 1907, associait une démence et des lésions cérébrales : les dégénérescences neurofibrillaires (agrégats de protéine tau anormalement phosphorylée) intra-neuronales, et les plaques séniles (formées, dans leurs formes matures, d'un coeur de peptide Aβ amyloïde extracellulaire, entouré d'axones et de synapses en dégénérescence comportant des agrégats de protéine tau anormalement phosphorylée). Elle n'a pas de traitement curatif. Des formes précoces surviennent avant 60 ans, voire 40 ans (où s'observent la majorité des très rares cas génétiques autosomiques dominants). A partir de 60 ans, la prévalence des démences augmente de façon exponentielle ; elles touchent un tiers des personnes de plus de 90 ans (total estimé à 850 000 en France). Seule, ou associée à d'autres causes, la maladie d'Alzheimer serait responsable de 70 à 80 % d'entre elles.
Continuer la lecture  |  Réagissez

Actualités thérapeutiques dans l'épilepsie

Le 21ème siècle a vu augmenter le nombre des traitements antiépileptiques de façon considérable. Seulement 4 médicaments anti-épileptiques existaient avant 1960. Actuellement plus d'une dizaine de nouveaux médicaments anti-épileptiques sont à notre disposition. Les molécules d'ancienne génération sont représentées par le phénobarbital et la phénytoine, les molécules de deuxième génération regroupent la carbamazépine et le valproate de sodium, les molécules les plus récentes : felbamate, gabapentine, lacosamide, lamotrigine, lévétiracetam, oxcarbazépine, pregabalin, topiramate, vigabatrin, zonisamide sont dites de troisième génération. Le développement de ces nouvelles molécules est le résultat de l'amélioration de la compréhension des mécanismes de l'épilepsie permettant la création de médicament ayant un mécanisme d'action ciblé. La plupart des traitements anti-épileptiques modulent les canaux ioniques (Na+, Ca+, Cl-) dont l'ouverture a un effet excitateur ou inhibiteur. Certains modulent la libération de neurotransmetteurs excitateurs (glutamate) ou inhibiteurs (GABA). En réalité, le mécanisme d'action précis de chaque anticonvulsivant reste à élucider dans la plupart des cas.
Continuer la lecture  |  Réagissez

La maladie d'Alzheimer

La maladie d'Alzheimer bénéficie depuis plusieurs années dans de multiples domaines de la révolution des neurosciences que nous vivons. Cette révolution a profondément modifié notre regard sur la maladie et la prise en charge des patients et de leur famille. Un bref historique nous donnera une idée du chemin parcouru et nous aidera à imaginer les voies qui pourront demain être explorées. En effet l'avenir nous impose de relever de nombreux défis pour faire face à cette épidémie. La maladie d'Alzheimer offre des opportunités encore récemment inimaginables pour les neurologues de participer à la recherche et d'intégrer ses résultats dans de nouvelles pratiques scientifiques, médicales et éthiques pour les patients, leur famille et la société qui les entoure.
Continuer la lecture  |  Réagissez

Les neuropathies périphériques

Les neuropathies périphériques sont des maladies bien plus rares que les maladies du système nerveux central (cerveau, moelle épinière) au premier rang desquelles la maladie d'Alzheimer, de Parkinson, les AVC, la SEP... ; l'imagerie radiologique y est de peu d'apport diagnostique. Elles sont plus fréquentes chez l'adulte et concernent environ 8 % des sujets âgés de plus de 65 ans. Elles méritent toutefois d'être connues car elles peuvent engager le pronostic fonctionnel et parfois le pronostic vital. Il existe une grande diversité dans ces affections et les étiologies sont nombreuses. Des progrès considérables ont été réalisés au cours des 50 dernières années permettant de reconnaitre les neuropathies périphériques, d'en préciser l'étiologie, de proposer un traitement symptomatique et plus récemment un traitement spécifique si possible.
Continuer la lecture  |  Réagissez

Les traitements de fond de la sclérose en plaques

Depuis une quinzaine d'années, la prise en charge thérapeutique de la SEP a été considérablement modifiée et il est vraisemblable que les cinq prochaines années soient de nouveau marquées par un enrichissement important de notre arsenal thérapeutique. Cette affirmation enthousiaste doit cependant être tempérée, l'immense majorité des développements thérapeutiques en cours ayant pour objectif commun de lutter contre l'inflammation auto-immune périphérique (en dehors du système nerveux central). Il est cependant clair qu'une partie (la majeure partie ?) du handicap neurologique qui s'accumule au cours de la maladie, en particulier lors des phases progressives, n'est pas directement une conséquence de l'auto-immunité périphérique, mais implique des mécanismes de neuro-inflammation autonome confinée au SNC et/ou des mécanismes neurodégénératifs. L'avenir thérapeutique de cette maladie passera donc nécessairement par le développement de traitement ciblant ces mécanismes, perspectives non clairement accessible à court terme.
Continuer la lecture  |  Réagissez