127
128
123
CAUMES Éric

AIHP 1982 - PU-PH

Service des Maladies Infectieuses et tropicales, Hôpital Pitié-Salpêtrière, Sorbonne Université, Paris.
Consultation de médecine, Hôpital de l’Hôtel-Dieu, Paris.

Contributions de l'auteur

FOCUS : Les trois leçons du Covid qui incitent à revoir notre enseignement

Publié le 25/06/2023

L’histoire de la Covid-19 confirme des avancées décisives dans la lutte contre les maladies infectieuses : reconnaissance rapide de l’épidémie, mobilisation extrême du personnel soignant, apprentissage épidémiologique citoyen (masques, distanciation sociale, isolement, confinement), échange international d’informations, identification rapide de l’agent pathogène, progrès du diagnostic virologique (grâce aux techniques de biologie moléculaire), mise à disposition générale des tests antigéniques rapides, développement stratosphérique de vaccins adaptés, distribution à large échelle (dans les pays riches) de ces vaccins, et arrivée des antiviraux. Mais on apprend plus de ses échecs que de ses succès.

Lire la suite
Maladie de Lyme, réalité et imposture

Publié le 01/03/2022

La maladie de Lyme est une infection bactérienne transmise par piqure de tique, sous-diagnostiquée mais aussi sur-diagnostiquée. Elle est pourtant facile à reconnaitre et répond bien au traitement antibiotique. Une histoire de maladie de Lyme chronique, avec une sérologie négative, et résistante à un traitement bien conduit, doit faire évoquer un autre diagnostic au premier rang desquels des troubles somatiques fonctionnels. 

Lire la suite
Tuberculose multirésistante

Publié le 01/09/2018

La tuberculose est la 9e cause de décès au plan mondial et la principale cause de décès due à un agent infectieux devant le VIH. En 2016, 10,4 millions de personnes ont développé une tuberculose maladie et 1,7 million de décès lui étaient imputables. Plus de 95 % des décès dus à la tuberculose surviennent dans des pays à revenus faibles ou intermédiaires. L'objectif OMS est de mettre un terme à l'épidémie tuberculeuse d'ici 2030, ce qui veut dire une réduction de 90 % du nombre de décès imputable et une réduction de 80 % de l'incidence des nouveaux cas par an. Dans ce contexte, la tuberculose multirésistante pose un problème majeur de Santé publique et est une menace pour la sécurité sanitaire. L'OMS estime à 600 000 par an le nombre de nouveaux cas présentant une résistance à la rifampicine dont 490 000 cas sont des cas de tuberculoses multirésistantes.

Lire la suite