90
89
86

Nephrologie

Par: Laurent MESNARD, AIHP 2000 - PU-PH

Place de la génétique dans le diagnostic des maladies rénales

Publié le : 01/12/2021

Des avancées technologiques permettent aujourd’hui d’accéder à l’information entière portée par l’ADN (génome), offrant désormais de nouvelles perspectives de diagnostics et de prévention des maladies rénales. Des approches diagnostiques historiques « confirmatoires » s’opposent à des approches génétiques plus « exploratoires ».

Par: Sophie CHAUVET, AIHP 2004

La glomérulopathie à dépôts de C3 et syndrome hémolytique et urémique atypique : un mécanisme physiopathologique commun, deux pathologies distinctes

Publié le : 01/12/2021

La glomérulopathie à dépôts de C3 (GC3° et syndrome hémolytique et urémique atypique (SHUa), bien que très différentes dans leur expression clinique, partagent un mécanisme physiopathologique commun : une activation non contrôlée de la VA du complément. Ces dix dernières années ont vu s’accumuler des données importantes permettant de mieux comprendre ces deux pathologies et ont apporté des éléments de réponse quant à la prise en charge du SHUa par un bloqueur spécifique du complément. Il reste néanmoins beaucoup de progrès à faire pour identifier les facteurs à l’origine du déterminisme des lésions rénales de MAT ou glomérulaires et pour traiter la GC3. De nombreux essais thérapeutiques concernant de nouveaux inhibiteurs du complément, ciblant des étapes plus précoces de l’activation du complément, sont actuellement en cours et apporteront, on l’espère, des éléments de réponse quant à la prise en charge de la GC3.

Par: Khalil EL KAROUI, AIHP 2003

Actualités dans la néphropathie à Immunoglobuline A

Publié le : 01/12/2021

La néphropathie à immunoglobuline A (NIgA) est la plus fréquente des glomérulonéphrites primitives1. Son diagnostic repose sur la biopsie rénale, qui retrouve typiquement des dépôts mésangiaux d’IgA, associés de façon variable à des dépôts de fraction C3 du complément, d’IgG et d’IgM. Dans des séries autopsiques, ou sur les biopsies pré-implantatoires avant transplantation rénale, des dépôts mésangiaux d’IgA sont retrouvés jusque dans 20 % des cas2, faisant d’emblée questionner le rôle exact des dépôts dans la physiopathologie de la maladie. L’association de dépôts mésangiaux d’IgA, avec dépôts de C3, et prolifération mésangiale, est même retrouvée sur 1,6 % des biopsies préimplantatoires au Japon2. La NIgA représente donc un véritable enjeu de santé publique.

Par: Idris BOUDHABHAY, AIHP 2015 - CCA

Nouveautés dans l’atteinte rénale des vascularites à ANCA

Publié le : 01/12/2021

L’atteinte rénale au cours des vascularites à ANCA est fréquente et aggrave le pronostic à long terme. La dissection des mécanismes physiopathologiques mis en jeu au cours des vascularites à ANCA a permis d’améliorer nos outils diagnostiques et thérapeutiques. La biopsie rénale reste incontournable et permet de préciser le pronostic à long terme. A moyen terme, elle sera complétée par des biomarqueurs non invasifs qui guideront le clinicien dans le choix de traitements personnalisés.

Par: François GAILLARD, AIHP 2012, CCA

Nouveautés dans la néphropathie lupique et le traitement

Publié le : 01/12/2021

La néphrite lupique affecte 40 % des patients lupiques et se complique d’insuffisance rénale terminale chez 10 % d’entre eux. Le diagnostic repose uniquement sur la biopsie rénale qui doit être réalisée dès que la protéinurie est supérieure à 0,5 g/L ou 0,5 g/jour. Le mycophénolate mofétil ou le cyclophosphamide intraveineux sont les traitements d’induction de choix. En 2020 le belimumab et la voclosporine ont démontré leur efficacité en association à ces traitements pour l’obtention de la rémission. 

Par: Emmanuel LETAVERNIER, AIHP 1999

Diagnostic de la maladie lithiasique rénale et des néphropathies cristallines

Publié le : 01/12/2021

La maladie lithiasique rénale concerne tous les cliniciens puisqu’elle affecte plus de 10 % de la population. Quelques examens biologiques simples permettent de dépister les facteurs de risque de lithiase propres à chaque individu et d’adapter ainsi la prévention secondaire. La cristallurie et l’analyse des calculs sont souvent les seuls moyens de diagnostiquer des maladies génétiques qui impactent la fonction rénale.

Par: Hélène LAZARETH, AIHP 2009 - CCA

L’onconéphrologie en 2021

Publié le : 01/12/2021

L’onconéphrologie est une discipline nouvelle, émergente, qui a vu le jour en réponse à l’évolution constante des thérapeutiques antinéoplasiques et à la survenue de néphrotoxicités nouvelles et complexes. L’utilisation des anti-angiogéniques et de l’immunothérapie et la gestion de leur néphrotoxicité représente un enjeu majeur pour la survie des malades d’oncologie et nécessite une prise en charge multidisciplinaire coordonnée.

Par: Éric THERVET, AIHP 1986 - PU-PH

L’onconéphrologie en 2021

Publié le : 01/12/2021

L’onconéphrologie est une discipline nouvelle, émergente, qui a vu le jour en réponse à l’évolution constante des thérapeutiques antinéoplasiques et à la survenue de néphrotoxicités nouvelles et complexes. L’utilisation des anti-angiogéniques et de l’immunothérapie et la gestion de leur néphrotoxicité représente un enjeu majeur pour la survie des malades d’oncologie et nécessite une prise en charge multidisciplinaire coordonnée.

Par: Christophe RIDEL, AIHP 1996

Aphérèse thérapeutique en néphrologie : techniques et indications

Publié le : 01/12/2021

L’aphérèse thérapeutique regroupe plusieurs techniques d’épuration extracorporelle visant à éliminer des éléments plasmatiques pathogènes de hauts poids moléculaires. Les échanges plasmatiques, communément appelés « plasmaphérèses », sont les plus utilisés en pratique clinique. Ils nécessitent de compenser le plasma soustrait par des liquides de substitution, principalement de l’albumine, plus rarement du plasma frais congelé. La double filtration cascade et l’immunoadsorption sont d’autres techniques d’aphérèse plus sélectives. La place de l’aphérèse thérapeutique selon les indications en néphrologie est basée sur les recommandations de la société américaine d’aphérèse (ASFA) qui sont régulièrement mise à jour afin de mieux guider leur prescription.

Par: Pascal SERIS,

Aphérèse thérapeutique en néphrologie : techniques et indications

Publié le : 01/12/2021

L’aphérèse thérapeutique regroupe plusieurs techniques d’épuration extracorporelle visant à éliminer des éléments plasmatiques pathogènes de hauts poids moléculaires. Les échanges plasmatiques, communément appelés « plasmaphérèses », sont les plus utilisés en pratique clinique. Ils nécessitent de compenser le plasma soustrait par des liquides de substitution, principalement de l’albumine, plus rarement du plasma frais congelé. La double filtration cascade et l’immunoadsorption sont d’autres techniques d’aphérèse plus sélectives. La place de l’aphérèse thérapeutique selon les indications en néphrologie est basée sur les recommandations de la société américaine d’aphérèse (ASFA) qui sont régulièrement mise à jour afin de mieux guider leur prescription.

Par: Maxime TOUZOT, MD, PhD

Aphérèse thérapeutique en néphrologie : techniques et indications

Publié le : 01/12/2021

L’aphérèse thérapeutique regroupe plusieurs techniques d’épuration extracorporelle visant à éliminer des éléments plasmatiques pathogènes de hauts poids moléculaires. Les échanges plasmatiques, communément appelés « plasmaphérèses », sont les plus utilisés en pratique clinique. Ils nécessitent de compenser le plasma soustrait par des liquides de substitution, principalement de l’albumine, plus rarement du plasma frais congelé. La double filtration cascade et l’immunoadsorption sont d’autres techniques d’aphérèse plus sélectives. La place de l’aphérèse thérapeutique selon les indications en néphrologie est basée sur les recommandations de la société américaine d’aphérèse (ASFA) qui sont régulièrement mise à jour afin de mieux guider leur prescription.

Par: Samir SAHEB,

Aphérèse thérapeutique en néphrologie : techniques et indications

Publié le : 01/12/2021

L’aphérèse thérapeutique regroupe plusieurs techniques d’épuration extracorporelle visant à éliminer des éléments plasmatiques pathogènes de hauts poids moléculaires. Les échanges plasmatiques, communément appelés « plasmaphérèses », sont les plus utilisés en pratique clinique. Ils nécessitent de compenser le plasma soustrait par des liquides de substitution, principalement de l’albumine, plus rarement du plasma frais congelé. La double filtration cascade et l’immunoadsorption sont d’autres techniques d’aphérèse plus sélectives. La place de l’aphérèse thérapeutique selon les indications en néphrologie est basée sur les recommandations de la société américaine d’aphérèse (ASFA) qui sont régulièrement mise à jour afin de mieux guider leur prescription.

Par: Marie ESSIG, AIHP 1991 - PU-PH

Quelles nouveautés dans la prise en charge de la maladie rénale chronique ?

Publié le : 01/12/2021

Les mesures de néphroprotection qui reposaient depuis des décennies sur l’inhibition du système rénine-angiotensine vont s’enrichir dans les mois qui viennent de nouvelles options thérapeutiques : les gliflozines et de nouveaux antagonistes du récepteur de l’aldostérone. Les gliflozines semblent les plus prometteuses avec une réduction de près de 40 % du risque de progression vers la défaillance rénale. Elles seront probablement les chefs de file des traitements néphroprotecteurs dans le futur.

Par: Ziad MASSY, PU-PH

Quelles nouveautés dans la prise en charge de la maladie rénale chronique ?

Publié le : 01/12/2021

Les mesures de néphroprotection qui reposaient depuis des décennies sur l’inhibition du système rénine-angiotensine vont s’enrichir dans les mois qui viennent de nouvelles options thérapeutiques : les gliflozines et de nouveaux antagonistes du récepteur de l’aldostérone. Les gliflozines semblent les plus prometteuses avec une réduction de près de 40 % du risque de progression vers la défaillance rénale. Elles seront probablement les chefs de file des traitements néphroprotecteurs dans le futur.

Par: Renaud SNANOUDJ, AIHP 1996 - PU-PH

Place des nouveaux outils d’évaluation de la compatibilité HLA en transplantation d’organe

Publié le : 01/12/2021

Il existe un regain d’intérêt en transplantation d’organe pour le degré de compatibilité HLA entre le donneur d’organe et le receveur, car il conditionne la survenue d’anticorps spécifiques du donneur, qui sont un facteur de risque majeur de perte du greffon à moyen terme. De nouveaux outils permettent de déterminer le nombre d’épitopes incompatibles portés par un greffon, qui constitue le meilleur marqueur prédictif d’immunisation du receveur vis-à-vis de ce greffon.

Par: Eric DAUGAS, Président de la Collégiale de Néphrologie

Recommandations pour le traitement des néphropathies lupiques

Publié le : 01/02/2017

Le lupus érythémateux disséminé (LES) est la plus fréquente des maladies systémiques auto-immunes responsables d'atteintes rénales qui sont majoritairement glomérulaires. Il existe plusieurs classes de glomérulonéphrites (GN) lupiques.

« La Néphrologie reste un choix de carrière assurant de belles promesses d'avenir. »

Publié le : 01/11/2013

Sans une solide réalité pour la soutenir, cette affirmation ne serait qu'un des ultimes soubresauts péremptoire et prétentieux d'un défenseur d'une discipline décadente et moribonde. Or, l'évidence est éclatante, la Néphrologie est une promesse construite sur des qualités indiscutables. Demain encore, nombreux seront ceux qui entretiendront avec elle les passions qui les ont conduit jusqu'aux portes des spécialités médicales.

Outils d'évaluation de la fonction rénale en 2016 : intérêts, limites

Publié le : 01/02/2017

La valeur du DFG diminue avec la perte néphronique, aux variations hémodynamiques près (insuffisance rénale (IR) fonctionnelle et hyperfiltration), ce qui en fait le meilleur marqueur quantitatif de fonction rénale.

Par: Karine DAHAN,

Les anticorps anti-PLA2R : Une révolution dans la prise en charge des GEM

Publié le : 01/02/2017

La glomérulonéphrite extra-membraneuse (GEM) est une néphropathie glomérulaire décrite par David Jones en 1957 qui se caractérise par un épaississement de la membrane basale glomérulaire consécutif à des dépôts granuleux d'immunoglobulines et de complément.

Par: Vincent AUDARD, AIHP 1998 - PU-PH

Traitement du Syndrome Néphrotique Idiopathique de l'adulte

Publié le : 01/02/2017

Le syndrome néphrotique idiopathique (SNI) qui représente 85% des néphropathies glomérulaires de l'enfant et environ 25% de celles de l'adulte est une entité anatomo-clinique définie par une protéinurie massive associée à une hypoalbuminémie.

UP TO DATE dans le cancer du rein métastatique

Publié le : 01/02/2017

Le cancer du rein (CR) représente 2 à 3% des tumeurs malignes de l'adulte ce qui correspond en France à près de 10000 cas. Dans 70 à 80% des cas, il s'agit d'une tumeur à cellules claires, plus rarement d'une tumeur papillaire (10 à 20%) ou d'une tumeur chromophobe (5%).

Par: Hafedh FESSI,

La dialyse autonome : une (r)évolution nécessaire

Publié le : 01/02/2017

Lorsque le débit de filtration glomérulaire (DFG) a diminué durablement en-dessous de 20 ml/min pour 1,73m2, l'aggravation de l'insuffisance rénale devient quasi-inéluctable : en effet les néphrons encore fonctionnels sont alors soumis à une hyperfiltration importante à l'origine de lésions de sclérose amenant à leur destruction progressive.

La dialyse autonome : une (r)évolution nécessaire

Publié le : 01/02/2017

Lorsque le débit de filtration glomérulaire (DFG) a diminué durablement en-dessous de 20 ml/min pour 1,73m2, l'aggravation de l'insuffisance rénale devient quasi-inéluctable : en effet les néphrons encore fonctionnels sont alors soumis à une hyperfiltration importante à l'origine de lésions de sclérose amenant à leur destruction progressive.

Le rejet humoral en transplantation rénale : Extension du spectre phénotypique et apport pronostique des nouvelles approches diagnostiques

Publié le : 01/02/2017

En améliorant la survie et la qualité de vie des patients, et ceci à moindre coût, la transplantation rénale est le traitement de choix de l'insuffisance rénale arrivée au stade terminal.

Le rejet humoral en transplantation rénale : Extension du spectre phénotypique et apport pronostique des nouvelles approches diagnostiques

Publié le : 01/02/2017

En améliorant la survie et la qualité de vie des patients, et ceci à moindre coût, la transplantation rénale est le traitement de choix de l'insuffisance rénale arrivée au stade terminal.

Le rejet humoral en transplantation rénale : Extension du spectre phénotypique et apport pronostique des nouvelles approches diagnostiques

Publié le : 01/02/2017

En améliorant la survie et la qualité de vie des patients, et ceci à moindre coût, la transplantation rénale est le traitement de choix de l'insuffisance rénale arrivée au stade terminal.

Par: Pierre RONCO,

Présentation du dossier

Publié le : 01/02/2017

La Néphrologie est née en France à la fin des années 1950s sous l'impulsion du Professeur Jean Hamburger qui a inventé le nom de la discipline et a organisé avec le Professeur René Mach de Genève le premier congrès international de néphrologie à Evian et Genève du 1er au 3 septembre 1960.

Recommandations pour le traitement des vascularites à ANCA avec atteinte rénale

Publié le : 01/02/2017

Les vascularites associées aux ANCA (VAA) sont un ensemble de pathologies systémiques, caractérisées à la fois par une inflammation des parois vasculaires des vaisseaux de petit calibre, mais aussi par la présence d'auto-anticorps dirigés contre le cytoplasme des polynucléaires, appelé ANCA.