123
125
124

Articles N° 111

Perspectives thérapeutiques dans les vascularites systémiques

Dans le domaine des vascularites systémiques, les progrès thérapeutiques réalisés dans les 40 dernières années sont remarquables, tant en ce qui concerne les vascularites viro-induites (VHB, VHC) que les autres maladies, en particulier les vascularites associées aux ANCA. Grâce à la recherche clinique et translationnelle et aux avancées technologiques (notamment anticorps monoclonaux et thérapies cellulaires), nous sommes à l’aube de grandes révolutions dans la prise en charge des vascularites, en particulier celles associées aux ANCA : épargne cortisonique majeure, diminution drastique du taux de rechute, et - on peut l’espérer - guérison complète et définitive chez un plus grand nombre de patients.

Utilisation du PRP dans la gonarthrose : état des lieux des recommandations

Le Plasma Riche en Plaquettes connaît une utilisation clinique croissante dans les pathologies de l’appareil locomoteur et en particulier dans la gonarthrose. Ce produit biologique autologue fait l’objet de beaucoup de controverses, entre remède miracle aux vertus régénératives pour certains et placebo particulièrement lucratif pour d’autres. Cet article s’attache à faire l’état des lieux des recommandations internationales tant au niveau de l’efficacité de cette procédure que de l’utilisation en pratique courante.

Comparaison des propriétés des IL-17A et F et de l’IL-23 : implications thérapeutiques

Les traitements ciblant les voies de l’IL-17 et de l’IL-23 ont révolutionné la prise en charge du psoriasis. En revanche, malgré des arguments forts pour un rôle pathogénique de ces cytokines, le bénéfice thérapeutique n’est pas toujours celui escompté notamment dans les spondylarthrites ou la polyarthrite rhumatoïde. Les interactions entre cellules immunes et stromales pourraient expliquer ces résultats surprenants.

Immunothérapies et JAK inhibiteurs dans la polyarthrite rhumatoïde

Le pronostic de la polyarthrite rhumatoïde (PR) a été complètement bouleversé ces trente dernières années avec l’arrivée des biothérapies et plus récemment des JAK inhibiteurs. Ces traitements agissent en ciblant les molécules inflammatoires ou les voies de signalisation intra-cellulaire impliquées dans la physiopathologie de la PR, avec comme principale contrainte une augmentation du risque infectieux.

Les nouvelles biothérapies en rhumatologie

L’émergence des biotechnologies a révolutionné le médicament dans le monde de la rhumatologie. Il s’agit d’anticorps monoclonaux qui peuvent cibler une cytokine, un récepteur, les anticorps bi-spécifiques qui attirent les cellules T sur les B appelés « T cell engagers », ou des checkpoint agonist récemment utilisés dans la PR. Au-delà, les ARN thérapeutiques, oligonucléotide antisens, la thérapie cellulaire tant en médecine régénératrice comme en immunothérapie vont changer la prise en charge de ces maladies [1].