122
123
121

Articles N° 87

Le réseau IMIDIATE

IMIDIATE : Un réseau de recherche clinique labélisé pour les maladies inflammatoires ostéo-articulaires et systémiques.

Prévention et traitement de l'ostéoporose cortico-induite

L'ostéoporose cortico-induite est la plus fréquente des ostéoporoses secondaires et la première cause d'ostéoporose chez l'adulte jeune.

Lombalgie chronique : le réentraînement à l'effort

La lombalgie est la 1ère cause d'années de vie vécues avec incapacité dans le monde (1). Son incidence varie de 60 à 90% et sa prévalence est de 5%. Dans 85% à 95% des cas, les symptômes disparaissent en moins de 3 mois (2). Dans les autres cas, les symptômes se chronicisent. La lombalgie chronique est la cause la plus fréquente d'incapacité et d'arrêt de travail. Après 6 mois d'évolution, environ 10% des patients lombalgiques chroniques sont en arrêt de travail (3). Ces derniers entraînent plus de 80% des dépenses liées à la lombalgie.

L'arthrose digitale : une entité bien à part

Les articulations digitales sont une des localisations les plus fréquentes d'arthrose. En effet, si 11 % de la population après 55 ans se plaint de douleurs en rapport avec une arthrose digitale, la présence d'au moins une articulation arthrosique à la radiographie des mains est beaucoup plus fréquente et peut atteindre plus de la moitié des sujets de plus de 55 ans !

Quoi de neuf dans le syndrome de Sjögren primitif en 2017 ? Entretien avec Raphaèle Séror

Le syndrome de Sjögren primitif est un modèle de maladie auto-immune qui a connu de grandes avancées tant en recherche clinique que fondamentale. Voici les actualités sur SSp en 4 questions.

La sclérodermie systémique : le syndrome de Raynaud au premier plan

Le phénomène de Raynaud, reconnu en 1862 par Maurice Raynaud (figure 1), est un accès d'ischémie des extrémités, mais surtout des doigts, déclenchée par le froid ou le stress et complètement réversible en quelques minutes. Cette réversibilité s'explique car le phénomène de Raynaud résulte d'un spasme artériolaire. La vasomotricité cutanée des extrémités des membres possède une réactivité particulière en raison de son rôle effecteur de la thermorégulation.

Pourquoi et comment prendre en charge les comorbidités au cours des rhumatismes inflammatoires chroniques ?

On entend par comorbidités des maladies associées à une maladie principale sans lien évident de causalité. Au cours des rhumatismes inflammatoires chroniques (polyarthrite rhumatoïde, spondyloarthrite, connectivites, vascularites, maladies microcristallines avec au premier plan la goutte, et enfin pour certains également la polyarthrose), il est apparu indispensable de ne plus s'intéresser qu'à la maladie (par exemple polyarthrite rhumatoïde) mais au malade souffrant de cette maladie.

Les registres des biomédicaments en rhumatologie : Entretien avec Jacques-Eric GOTTENBERG

Les registres des biomédicaments dans la polyarthrite rhumatoïde représentent un pan important de la recherche clinique française en rhumatologie. Nous avons interviewé Jacques-Eric GOTTENBERG sur ce sujet.

Arthrites juvéniles idiopathiques

Les arthrites juvéniles idiopathiques (AJI) représentent un groupe hétérogène de rhumatismes inflammatoires débutant avant l'âge de 16 ans. Il existe 7 formes d'AJI selon la classification internationale (ILAR) actuellement en vigueur.

Uvéites - Entretien avec Antoine Brézin

Quels sont les aspects cliniques des uvéites au cours des maladies rhumatismales ? Il s'agit d'un contexte diagnostique limité, celui des uvéites associées aux spondylarthrites chez les patients porteurs de l'allèle HLA-B27.

Après les anti TNF, les nouveaux biomédicaments dans la spondyloarthrite.

La polyarthrite rhumatoïde : actualisation en 2017

La polyarthrite rhumatoïde (PR) est une maladie auto-immune mais dans laquelle les auto-anticorps que sont le facteur rhumatoïde (FR) et les anticorps anti-peptides citrullinés (ACPA ; également appelés anti-CCP) ne sont pas constants : les PR appelées « séropositives » (FR+ et/ou ACPA+, qu'il conviendrait mieux de dénommer immuno-positives) représentent 75 à 80% des PR.

Présentation du dossier